J’écrit ce billet de blogue en réaction à celui de mon collègue Phil, http://phillabden.wordpress.com/2013/03/19/retour-sur-black-mirror/. Je l’écrit, non pas pour lui dire qu’il a tout faux, parce-qu’il a vue, dans cet épisode de Black Mirror, sensiblement le même message que j’y ais vue, toutefois, cher Phil, permet moi d’en rajouter, d’en beurrer une couche de plus que toi.

Cet épisode m’a longuement porté à réfléchir sur la société dans la quelle nous vivons, c’est est le but après tout. Mais, notre amis Bing, ce pauvre, pauvre Bing est un clous qui s’est déchaussé, mais pas suffisamment pour en emporter d’autres avec lui, et, comme tout clous qui ressors, on lui tape dessus jusqu’à-ce qu’il soit aussi plat que les autres! Bing s’est fait victime de sa propre volonté, de son propre désir de se faire entendre. Il a voulus se lever contre les masses, contre ceux qui régissaient sa vie à sa place, et, ces mêmes personnes, l’ont remis à sa place, tout en lui offrant un bonus pour qu’il se la ferme! 

Il a été acheté! il s’est vendus, il s’est offert et il a été pris! Il a été emporté dans une vague du sommet de laquelle il a hurlé son message! Mais il s’est donné en spectacle au final! Les gens qui l’écoutaient sont tellement aliénés, tellement cloîtrés dans un monde fait pour se servir d’eux, qu’au final, son message a été entendus, OUI! Mais il n’a pas été compris! Personne ne s’est donné la chance de le comprendre, de le déchiffrer et de se remettre en question, PERSONNE! Donc, pour éviter qu’il ne continue d’hurler ses  » singeries », bien, ceux qui manient le marteau l’ont fait s’abattre sur sa petite tête, lui bouclant le caquet et ont, de facto fait sur qu’il devienne leur outils. 

Au final, malgré lui, malgré toute sa volonté de se faire entendre, personne dans l’auditoire n’était prédisposé à vraiment comprendre son message! Les trois juges s’en sont rendus compte, et l’ont utilisés à leur avantage, tout en lui faisant croire qu’il servirait ainsi mieux sa cause. 

Voilà donc, mon petit grain de sel. Au fait, petite pensée du jour: « Tu a beau avoir raison, reste que tu a tord tant que celui qui gouverne en décide ainsi ». ( Citation de quelqu’un dont je ne me rappelle pas le nom, dsl.)

Publicités